[CINÉMA] Ma critic fiable de GODZILLA

godzilla

Dans la vie il y a deux types de personnes, celles qui aiment les films avec des grosses bêtes qui cassent des immeubles, et celles qui aiment pas les films avec des grosses bêtes qui cassent des immeubles. Quel que soit votre camp, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas.

Analyse du titre :

Pas besoin d’être ethnologue pour voir aisément que le titre se scinde en deux : GOD / ZILLA.

GOD, dans la langue de Shakespeare (à savoir l’américain) signifie “Dieu”.

Zilla est est un genre de plante de la famille des brassicacées. http://fr.wikipedia.org/wiki/Zilla_(plante) . C’est pourquoi les québécois ont renommé le film “Dieu des brassicacées”

L’histoire :

Ce nouveau film basé sur le best-seller de Victor Hugo, “Le ciel, les oiseaux et Godzilla”, nous plonge dans un univers contemporain et met l’homme avec un petit H, face à ses responsabilités :

En gros, à force de jeter des bombes nucléaires partout, les radiations ont créé des grosses bestioles qui cassent tout et qui mangent tout :

– Une énorme bête lézaroïforme (de la forme d’un lézard) : le godzilla

– Et deux MUTO : des super cheums qui ressemblent à des coléoptères.

D’ailleurs si ça ne tenait qu’à moi j’aurais appelé le film “Dino vs coléoptères, l’affrontement décisif : Reloaded”, mais ça ne tenait pas qu’à moi, étrangement.

Je peux pas vous en dire beaucoup sur l’histoire, sinon je spoile, et le but de cette critique, c’est qu’on s’poile, pas qu’on spoile #nuance 😉

jeune-dino
Autoportrait de Godzilla, par Vincent van Gogh.

Points forts :

– Le scénario est très original

– Le mec de Breaking Bad disparait après 30 minutes de film pour allez dealer de la DROGUE.

– Le film a clairement une vocation écologique, en fait, c’est la campagne des verts la plus chère de l’histoire en terme de lutte contre le nucléaire. Le message à retenir : ne nourrissez pas votre iguane avec de l’uranium. Préférez de la salade ou des mouches.

Points faibles :

– Tom Cruise n’est pas très convaincant en motion capture sur le MUTO femelle.

– Les grosses bêtes faisant la taille d’un immeuble et étant quasi-immortelles, l’utilité des acteurs dans le film est d’environ 3%, ils servent juste à dire les quelques dialogues que le scénariste avait disposés ça et là, pour pimenter le récit.

– Le premier point fort était un mensonge.

Bryan Cranston, héros de Godzilla et acteur principal de la série Breaking Bad, ici déguisé en Myley Cyrus.
Bryan Cranston, héros de Godzilla et acteur principal de la série Breaking Bad, ici déguisé en Myley Cyrus pour un gala de charité dans le Wisconsin.

Phrases à sortir pour faire genre t’as vu le film alors que non :

Bizarre cet écran noir pendant la deuxième moitié du film avec juste du son. AH NON JE M’ENDORMAIS JUSTE PARCE QUE C’ETAIT CHIANT.

La technologie des 24 images/seconde est bluffante, mais le réalisateur aurait pu pousser jusqu’à 27 pour plus de cohérence avec l’univers post-moderne qu’il décrit.

Juliette Binoche joue dans ce film.

Verdict : je met ⅖ stéthoscopes à ce film, car la version avec Jean Reno était vachement mieux, parce qu’il y avait Jean Reno.

Advertisements

Une réflexion sur “ [CINÉMA] Ma critic fiable de GODZILLA ”

  1. obviously like your website however you need to check the spelling on several of your posts. Several of them are rife with spelling issues and I to find it very bothersome to tell the truth on the other hand I will definitely come again again. fggdacdagdge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s